Rallies
(Archives)

Rallies
(Archives)

Tanks in Mons 2018 (1er - 2 septembre) 2018

 Sept. 1, 2018, 8:03 a.m. par ahdf
 Vu : 882 fois

© Alain Henry de Frahan

Ne dites plus « Tanks in Town » mais « Tanks in Mons » ! Le weekend des 1er et 2 septembre, en dépit des manœuvres – parfois peu reluisantes – effectuées par certains, cet événement unique au monde qu’est ce rassemblement de blindés de la 2e guerre mondiale a eu lieu et a connu un succès rassurant. Mais il n’est plus organisé par le Royal Mons Auto Moto Club : une nouvelle association – Mons Devoir de Mémoire – a été créée pour ce faire, présidée par l’infatigable organisateur qu’est Pierre Deghaye, entouré d’une fidèle équipe – hélas restreinte – aussi inépuisable qu’efficace.

En plus des participants privés - dont plusieurs du BMVT - venus de Belgique avec des Sherman et un M18 Hellcat, de France avec deux chasseurs de char Achilles (version britannique du M10) et du Luxembourg (Jean Weiler et son G13/Hetzer), deux importants participants officiels ont marqué cette édition : le World Heritage Institute – qui regroupe cinq établissements scientifiques belges, dont le Musée Royal de l’Armée – et l’armée américaine. Le WHI a aligné deux Sherman, un Chaffee et un Stuart ; l’armée américaine, faveur sans antécédent en Europe, a amené – de Pologne où l’engin est déployé avec la 1ère Division de Cavalerie – un véhicule de combat d’infanterie M3A3 Bradley (un char Abrams était prévu mais il s’est révélé trop large que pour passer à certains endroits de l’itinéraire du dimanche). La participation de ce blindé avait été demandée par le général Curtis Scaparrotti (SACEUR, Supreme Allied Commander Europe) et avalisée par le général James Mattis (secrétaire à la Défense) lui-même !

Les scrupules exprimés par certains quant aux dangers pesant sur les propriétaires de chars dont le canon n’est pas encore neutralisé selon la loi belge (ce devrait bientôt être réglé grâce à l’obligeance du Banc national d’Epreuve d’Armes de Saint-Etienne) se sont révélés vains. Aucun propriétaire de char n’a été contrôlé, encore moins inquiété. Voilà qui aura rassuré les collectionneurs britanniques et autres que l’on s’attend dès lors à voir revenir pour l’édition 2019. Sauf si le Brexit crée le chaos...

Le samedi a, comme toujours, vu des chars Leopard et blindés AIFV et M113 tourner sur le circuit tout-terrain du Bois Brûlé, le chauffeur du Bradley ayant lui, démontré ce que son blindé a dans le ventre. Fichtre ! Garez-vous ! La bourse d'échange, gérée par Christine Decock-Lejeune (Jeep Mons) a connu le succès habituel.

Le dimanche, formule habituelle, un convoi réunissant les véhicules à roues a emprunté un long itinéraire qui les a menés jusqu’en France où l’accueil réservé fut merveilleux. Le convoi rassemblant les chars, half-tracks et les quatre M29 Weasel venus de Suisse a sillonné ville, villages et campagne montoise, avec la légendaire ancienne carrière devenue une jungle dense où l’adresse des chauffeurs de char – et du Bradley, encore plus imposant – a été mise à l’épreuve. 5.000 cartouches à blanc ont été tirées lors de la "bataille" à Mesvin. Point d’orgue, le défilé final sur la Grand-Place de Mons où manquait cette fois le Stuart de la ville de Mons, « séquestré » par le Royal Mons Auto Moto Club. L’auteur de ces lignes assurait le commentaire sans négliger une vieille habitude : parler sans interruption en passant sous les chars... Rendez-vous en 2019 avec un mot d’ordre emprunté à « l’autre » : Make Tanks in Mons great again !

Alain  HENRY de FRAHAN

Photos © de l'auteur, sauf mention contraire

Reportage photo sur la Grand-Place de Mons par un photographe du SHAPE/NATO : https://www.flickr.com/photos/shapenato/42658901670/in/album-72157699364...

Tanks